Nouvelle fenêtre Phrase exacte
Webplaza Québec Canada France Francophonie Monde
Site  Gratuit
Newsgroups FTP
Programmes: PC Mac No. de Tél: Traduction:
Bourse: Compagnie SymboleCinéma: Langue:
URL Nouvelles Showbizz Images Web:
MP3 Webopedia Medline Santé Enchères:
Nom de domaine CNET Recettes
Conversion de devises De: à:


Florilège d'idées
Faire entendre sa voix...
Me connecter à mon blogue
Utilisateur:
Mot de passe:
Mot de passe oublié | Enregistrer un nom


10 DERNIERS BILLETS

5 DERNIERS COMMENTAIRES

CATÉGORIES

ARCHIVES

2011
Octobre (45)
Novembre (27)
Décembre (9)
2012
2013
2014

BLOGUEURS

Stéphane (116)

STATISTIQUES

Blogue: 131202 visites
Ce message: 22179 visites
Publications précédentesPublications précédentes

La chasse au phoque, c'est de la chasse
Par Stéphane, 28 Novembre 13, 01:55

Section Réflexions | 0 commentaire

La récente décision de l'OMC de permettre à l'Europe de maintenir l'embargo sur les produits du phoque est plutôt intrigante. Pourquoi permettre l'interdiction des produits de la chasse au phoque, spécifiquement ? Qu'a t-elle cette chasse de si particulière que l'on en fasse un cas à part et que l'OMC juge acceptable et juste, dans un cadre de commerce internationale, qu'un pays ou groupe de pays puisse en interdire l'importation alors qu'on permet l'importation de produit d'autres chasses. En plus de permettre cette même chasse au phoque sur son territoire !

La population de phoque du Groenland est-elle en danger ? Non, pas du tout, avec plus de 7 millions d'individus.
Est-ce que cette chasse est plus cruelle que d'autres chasse ou activité de trappage ? Non, selon les vétérinaires qui ont établie que les méthodes d'abatage, si elles sont pratiquer correctement, étaient en accord avec un traitement minimisant la souffrance des animaux.
Il n'y avait pas de demande pour ce produit de chasse ou cette industrie n'était pas viable ? Elle l'était, puisque avant cet embargo, on pouvait vendre les produits de cette chasse en Europe et que cette chasse fournit une contribution importante au revenu de milliers de personnes dans les provinces maritime et aux île de la Madeleine, au Québec, .

Voir ICI quelques explications de cette chasse sur le site de baleines en direct, qui est un site d'éducation sur les mammifères marins, donc difficilement assimilable à l'industrie de la pêche au phoques ou aux groupes de défense de cette chasse. ICI, d'autres informations sur le site du gouvernement du Canada, plus partial peut-être.

Comme il y est dit, «il n'est jamais gai de voir un animal se faire abattre, que ce soit en milieu naturel ou à l'abattoir.» et je souscris totalement à cette sensibilité. L'abattage doit ABSOLUMENT être fait en prenant toutes les mesures pour minimiser au maximum la souffrance des animaux, et c'est ce qui semble, objectivement, se produire. De plus, les chasseurs ont la responsabilité morale d'utiliser au maximum les produits de l'animal abattue et de minimiser les pertes, ainsi que de gérer les populations pour ne pas menacer l'espèce.

Je ne suis aucunement un défenseur de la chasse et ne suis pas un chasseur. Le trappage me dégoute parce que trop souvent il entraîne de grandes souffrances pour les animaux, même si j'ai déjà, plus jeune, profité du trappage de quelques lièvres. Bref, il n'y a rien pour moi de très réjouissant à tuer un animal et je suis conscient qu'à chaque fois que je mange de la viande, on a dû d'abord abattre celui-ci. Je ne suis pas un grand consommateur de viande mais j'en consomme tout de même un peu.

Mon problème est dans la cohérence, l'acharnement contre la chasse aux phoques. Si cette chasse est pratiquée dans les règles, que la souffrance des animaux est minimisée au maximum et que les populations sont largement suffisantes, pourquoi cette chasse serait interdite et pas celle aux chevreuils ? À l'orignal ? Au mouflon ? Au sanglier ? En ce sens, je ne peux comprendre que deux positions : soit celle d'être pour toutes les chasses faites de façon à minimiser la souffrance et en gérant bien les populations ou d'être contre toutes les chasses, et par extension, contre l'élevage et l'abattage d'animaux pour la consommation humaine. Bref, cette chasse doit être critiquée objectivement pour ses problématiques réelles si elles existent et sur un même pied d'égalité que les autres formes de chasse sportive ou commerciale.

Paul Watson du Sea Shepherd, qui fait maintenant un travail exemplaire pour protéger, entre autre, les baleines contre les baleiniers japonais, a déjà donné une entrevu il y a plusieurs années, dans laquelle il disait que plusieurs organismes venaient faire leur viré annuelle contre la chasse au phoque puisque cette industrie était plus facilement attaquable et que la défense des phoques attirait plus de sympathie, donc plus de dons, permettant à ces organismes de se financer pour ensuite aller défendre d'autres causes moins populaires. Tant mieux si ces fonds servent ensuite à de bonnes causes mais il est dommage que des chasseurs qui vivent de cette industrie doivent en subir les contrecoups.

Un chasseur de phoque explique ce qu'il en est et expose quelques incohérences. Bien intéressant.



SOUMETTRE UN COMMENTAIRE
Nom


Courriel

Votre commentaire:




L'adresse de ce blogue:
http://www.webplaza.ca


Vous aimez ce blog ? Faites le connaître en ajoutant ce lien sur votre site ou sur facebook

Blognet.ca: Blogue

↑ Grab this Headline Animator

M'abonner à ce blog via RSS 2.0